Un jeune valeureux d’El Mouradia s’en va mais les vieux restent !

Il y a de cela trois jours un enfant d’El Mouradia est mort suite à un cancer fulgurant. Il était, beau, serviable et aimé de tous. Un monde fou était présent à sa djanaza. Le jour de son enterrement, les forces de l’ordre ont dû intervenir pour contenir le flux d’amis, de voisins et même de simples curieux qui ne connaissaient, Slim Châabani que par réputation.

Il occupait ma maison annuellement pendant plus d’un mois durant lequel il était maître des lieux et s’en occupait plus que je ne le faisais moi-même. Il était OK pour toute sollicitation à n’importe quelle heure de jour et de la nuit.

Quant il a appris sa maladie, il n’a rien dit, il ne s’est jamais plaint, mais son visage affichait une tristesse apparente lui qui avait  perdu son père il n y avait pas encore cinq années. Un ancien directeur de l’école Djilali Djidar a accouru de Hadjout pour son enterrement, parce qu’il y avait été surveillant à ce collège. Slim était aimé de tous, il n’était dans aucun parti sauf celui de la bonté et de la générosité.

Nous ne t’oublierons jamais Slim. El Mouradia a enfanté de deux enfants valeureux, Didouche Mourad et Slim Châabani.

Tu es parti à la fleur de l’âge, alors que des grabataires et séniles en fauteuil roulant, nous gouvernent toujours.

M. Kassi

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :